L’interview de Caroline

En ce début d’année, nous vous profitons de vous mettre dans le bain du GR20 à travers le récit d’aventure de Caroline, une randonneuse de 41 ans qui habite à Montréal au Québec. Depuis  2014, elle organise des randonnées de façon bénévole sur divers groupes d’organisations sportives, mais surtout entre amis via les réseaux sociaux. Elle a fait le GR20 en 12 jours, du 31 août au 9 septembre 2019. Découvrez son récit !

Pourquoi ce choix de date ?

Nous avons fait le GR20 en 12 jours, du 31 août au 9 septembre 2019. Puisqu’il était plus difficile pour moi de prendre des vacances en saison estivale, nous avons donc choisi cette période pour effectuer cette traversée.

Tu étais seul ? En famille ? Entre amis ? 

Nous étions 12 amis dans notre groupe. Une fois le groupe formé, j’ai organisé des randonnées de façon à ce que les participants et moi-même, soyons suffisamment entraînés pour le voyage et ainsi créer une meilleure dynamique de groupe.

groupe de 12

Est ce que tu as fait une préparation spécifique ?

Oui bien entendu. Nous avons débuté l’entraînement en mai, pour être prêt pour la fin août. J’ai organisé plusieurs randonnées avec mon groupe dans les montagnes situées dans les Adirondacks aux États-Unis. Cette région est située à moins de 2h de voiture à partir de Montréal. J’ai organisé des sorties de niveau facile en début de saison, intermédiaire et par la suite, de niveau difficile, avec l’ascension de plusieurs sommets en une seule journée, totalisant plus de 1400 mètres d’ascension. Je ne fais aucun autre entraînement physique. J’ai pour mon dire que la randonnée est le meilleur entraînement pour réussir à faire de la randonnée…

Comment tu as rejoint le départ ?

Nous avons bien évidemment pris l’avion de Montréal vers Paris et ensuite vers Ajaccio. Nous avons été accueillis par notre guide à l’aéroport d’Ajaccio.  Nous avons fait le GR20 du sud vers nord.

crete gr20

Pourquoi tu as choisi de faire le GR20 dans ce sens la ? 

Le circuit « GR20 intégral sans portage », de l’agence TERRES D’AVENTURE proposait l’itinéraire dans ce sens. Je crois que c’était une excellente décision, car l’effectuer dans ce sens permettait une meilleure adaptation du corps au terrain. Le corps et le mental se préparent graduellement à des montagnes et des parois de plus en plus vertigineuses. Cependant, ce n’était pas le tracé du GR20 complet, puisque nous avons débuté le trek à Bavella pour le terminer à Bonifatu. 

La montée la plus raide ? 

Il y en a eu quelques unes !! Mais je crois bien que c’était la montée vers le Monte Cinto, notre onzième journée de randonnée consécutive. La montée finale était difficile, de petites roches poussiéreuses qui roulaient sous les pieds. On devait vraiment porter une attention particulière pour ne pas faire tomber de pierres sur les autres randonneurs. Notre ascension c’est terminé à 2604 mètres d’altitude à la Pointe des Éboulis. Nous ne sommes malheureusement pas allés au sommet du Cinto par manque de temps et le ciel devenait menaçant, il fallait donc partir.

La descente la plus interminable, c’était laquelle pour toi ? 

Assurément la descente du Monte Cinto vers l’auberge Le Chalet Haut-Asco. Je me suis même demandée comment les gens réussissaient à monter cette pente en début de parcours dans le sens nord / sud.  Durant la descente, nos genoux endoloris commençaient réellement à souffrir. Cette longue descente abrupte sur la roche et du gravier instable demandait une concentration maximale et demandait de très bonnes capacités physiques et techniques.

Vu du Monte Cinto

Ton meilleur souvenir ?

Je dirais la journée dans la vallée de la Restonica, jusqu’au refuge de Manganu.  La vue plongeante sur le lac de Melo et Capitello étaient vraiment sublime. Le parcours était technique avec la montée des échelles et des chaînes. 

LAC DE MELO et capitello
Melo et Capitello depuis la brêche de Capitello sur le GR20

Quelle émotion quand tu as vu le panneau « vous êtes arrivés » ? 

Nous n’avons malheureusement pas vue cette affiche, puisque nous avons débuté le trek au refuge du col de Bavella pour terminer à Bonifatu. Mais je me souviens avoir éprouvé une grande fierté à la suite de la descente du monte Cinto, car je savais que j’allais réussir le GR20

Il y a des rencontres qui marquent sur le GR20. Une en particulier ?

Notre guide Simon, un jeune homme passionné par ses montagnes sa culture et son pays. Nous avons beaucoup appris grâce à lui. Simon nous a enseigné à marcher à un rythme plus lent, mais constant. Cette technique a été grandement bénéfique et nous a permis d’économiser notre énergie pour terminer ce trek.  Nous avons fait du hors-sentier à mainte reprise. Notre guide nous a fait découvrir la  »vraie Corse » et non pas seulement le GR20, en nous introduisant dans la culture locale. Je le remercie de son dévouement, car la gestion d’un groupe de douze personnes, ce n’est pas de tout repos.

secteur vizzavone

Le refuge dans lequel tu as passé le meilleur moment, c’est lequel et pourquoi ? 

Dans la vallée glaciaire de la Restonica, nous avons reçu un très bel accueil de Théo, le propriétaire aux Bergeries de Grotelle. Le soir venu, nous avons profité d’une ambiance chaleureuse et forte en émotions pour tous les participants du groupe. Un excellent repas, de bonnes bouteilles de vin, le tout accompagné de musique Corse et d’un petit feu de foyer. Nous avons installé nos tentes à proximité du stationnement de la Restonica, où il y a le petit café, au départ du sentier. C’est un moment que je n’oublierai pas

les pozzis

J’ai cru voir sur ton blog que tu avais déjà un paquet d’aventure à ton compteur ! C’est quoi ton top 3 ? 

Je n’ai pas encore beaucoup de voyages de trek à mon actif, mais je vous dirais que mon top 1 restera toujours l’Île de la Réunion ; le cirque de Mafate et aussi l’ascension du Piton des Neiges à 3070m d’altitude. Les paysages y sont très variés. C’est vraiment le paradis de la randonnée. 
Mon top 2, est bien évidemment le GR20, pour le côté du défi personnel et la difficulté du parcours. Je vous propose de lire mon récit de voyage : https://lesvoyageusesduquebec.com/faire-le-gr20-en-corse-longue-randonnee-en-corse/

sur le monte cinto

Un mot de la fin pour motiver les lecteurs qui hésitent ?

Le GR20 est considéré comme étant le trek le plus difficile de l’Europe. Il est effectivement difficile, mais moins de ce que je m’y attendais. Chose certaine, il ne s’adresse pas aux randonneurs de niveaux débutants. Cette traversée nécessite une bonne expérience et un entraînement adéquat, afin de prendre plaisir à ce voyage. Certaines sections sont faciles, mais d’autres sont techniques et assez fortement escarpées. Que ce soit dans un but de défi personnel, pour sortir de sa zone de confort, vous vivrez des moments intenses et vous en ressortirai grandi sur tous les niveaux. 

Forum de discussion

Vous avez une question pour vous préparer au GR20 ? N’hésitez pas à la poser sur le forum des randonneurs (discussion libre sans inscription)

Téléchargez le Mini Guide du GR20

Recevez le mini guide du GR20, envoyé gratuitement sur votre boîte mail !

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*