Guillaume, entre amis et en autonomie !

Guillaume a 27 ans et il est originaire de Lyon. Il a parcouru le plus célèbre sentier Corse du 3 au 10 juillet, en 8 jours donc ! Il a choisi cette date pour avoir les meilleurs tarifs au niveau du Ferry et avoir un temps clément ! Il est parti avec sa femme et des amis, mais très rapidement la bande des 4 s’est fait plein d’amis pour continuer l’aventure. Découvrez le récit de l’aventure GR 20 !

gr20 couple

La préparation

J’ai effectivement fait une préparation spécifique. Quoi qu’il arrive je vais à la salle de sport plusieurs fois par semaine depuis plusieurs années, mais pour le GR20, en plus de ça j’ai ajouté à la salle de sport beaucoup de simulateur de rando. C’est une machine avec un tapis en pente légèrement incliné qui simule la marche en pente donc. Et énormément de rando. De décembre au jour J, j’ai passé la grande majorité de mes week end à faire des randonnées (de 1 ou 2 jours) aux alentours de Lyon et des Alpes (on a dû en faire facilement une 20aine) en essayant au maximum de coller aux dénivelés qu’on allait rencontrer en Corse.

guillaume GR20

De la maison au départ…

On est parti dans ma voiture, en prenant le ferry. Directement jusqu’à Calenzana pour le départ en sortant du ferry. Donc on l’a fait du nord au sud. Après réflexion, j’aurai préféré aller tout seul au sud poser ma voiture, et faire le trajet jusqu’à Calenzana pour avoir ma voiture directement à l’arrivée. Pour retourner à Calenzana, c’est beaucoup de navettes qui cumulé reviennent quand même assez cher donc il vaut mieux le faire une fois seul, plutôt que devoir le faire avec tout le groupe jusqu’à Calenzana.

guillaume GR20 2

La pire montée, la descente la plus raide !

Une me vient tout de suite à l’esprit, c’est la montée de Ascu Stagnu à Tighettu. En plus de ça c’est un jour ou je n’avais pas déjeuné, assez mal dormi, on était arrivé tard à Ascu à cause des intempéries la veille. Du coup pas mal de fatigue, et cette montée parait interminable, et c’est souvent un terrain vraiment technique qui demande pas mal de ressource.

J’ai le souvenir de monter une pente raide, avec pas mal de gravier, ou à chaque fois qu’on montait 1 mètre, on avait l’impression de redescendre 10 centimètres vu que ça glissait beaucoup. C’est un soulagement d’arriver en haut (de courte durée parce que la descente est toute aussi raide !). Devoir ensuite enchaîner et monter le col de montagne jusqu’à Ciottulu Di I Mori était vraiment difficile (limite démoralisante quand on le voit d’en bas)

guillaume GR20 3

La descente la plus interminable est sans doute celle qui joint l’onda à Vizzavona. Sachant que on avait déjà fait l’étape d’avant de Petra Piena à l’Onda qui descend beaucoup, cette étape nous a vraiment paru interminable.

C’est assez drôle parce que plus on s’approche de la fin, plus on voit de touristes qui viennent se baigner, et souvent en tongues ou en sandales, ce quoi nous fait nous dire que on est surement bientôt arrivé, mais c’est dingue il a fallu continuer à descendre longtemps après avoir commencé à les voir.

guillaume GR20 4

La vue la plus époustouflante

J’hésite entre deux. Le sommet de la montée de l’étape qui mène à Tighettu, à côté du Monte Cinto donne un panorama qui ne m’a pas fait regretter d’avoir monté cette pense si raide. On a vraiment une vision sur toute la Montagne c’est vraiment magnifique.

La 2ième est la vue qu’on a lorsqu’on descend de Parili à Conca. Ça change complètement de la majorité de roche qu’on a pu voir sur la partie nord du GR20, ici beaucoup de forêt, de végétation et même de temps en temps des angles de vue avec la forêt qui donne l’impression de terminer sur le bord de mer. J’ai trouvé ça magnifique, peut être aussi que l’idée d’être presque au bout de ce périple a aidé à rendre ce souvenir encore plus époustouflant.

guillaume GR20 5

Le pire souvenir

Le 2ième jour et le dernier jour, j’ai été malade, vraiment des nausées, mal au ventre surement dû à ce que j’ai mangé que je n’ai pas réussi à digérer, c’est très difficile de repartir le matin lorsque ça fait une heure qu’on a qu’une envie c’est vomir (désolé du terme) et qu’on est cloué allongé par terre. En plus de ça le dernier jour, lors du départ, à 4h du matin, il y avait du vent, il faisait nuit, il faisait froid, ça faisait 3 jours que je n’avais pas pris de douche et le gardien du refuge avait oublié de laisser ouvert.

C’était vraiment une préparation difficile avant de partir qui aurai, dans d’autres circonstances, pu bien mieux se passer.

guillaume GR20 6

La douche….

J’ai pris 4 douches et ma femme 3. Mais franchement c’était bien plus pratique de prendre des douches que je ne le pensais avant de partir. Il y a des douches à tous les refuges, et même des douches chaudes parfois ! Le problème pour nous, c’est que en doublant toutes les étapes (parfois même en triplant les étapes) c’était l’arrivée tardive aux refuges.

Honnêtement en arrivant entre 16h et 20h aux refuges, il ne reste pas beaucoup de temps avant que le soleil disparaisse derrière la montagne. Sachant que nous n’avions pas de serviettes, nous n’avions parfois pas le courage de prendre une douche sans avoir le soleil pour sécher. Parfois avec les vents extrêmement violents, c’était impossible pour nous de prendre une douche froide et de sortir ensuite, c’était vraiment juste trop froid

Le panneau d’arrivée

Incroyable ! Enfin ! une libération, je pensais déjà à quel point ça allait être agréable de poser son sac, d’aller dans ces espèces de boites ou on peut s’asseoir et ça avance tout seul pour rejoindre un point A à un point B, les VOITURES, ce bonheur d’arriver et de se dire, on peur enfin respirer, se poser un peu, aller se faire un resto, METTRE DES TONGUES TOUTE LA JOURNÉE. J’étais vraiment arrivé au bout de ce que je pouvais encaisser, il fallait que ça s’arrête. Je n’ai jamais eu aussi mal aux pieds, et je ne parle même pas des ampoules.

guillaume GR20 arrivee

Les rencontres…

Je pense que les rencontres qu’on fait au GR20 sont une des choses les plus incroyables qu’on peut faire là-bas. Il y en a clairement une en particulier que je vais retenir. Haddou pour ne pas le nommer, quinquagénaire qu’on a croisé sur le départ du GR 20. Quelqu’un d’incroyable, une force de la nature et d’une bienveillance légendaire, jamais énervé, toujours de bonne humeur et beaucoup d’humour.

Dès le départ nous nous sommes bien entendu, cet homme fou venait de faire le GR20, et sur un coup de tête est revenu le faire une 2 ième fois parce que non, une seule fois ce n’est pas assez dur. Et nous avons tellement sympathisés qu’il a fini par nous suivre tout le long du GR20 et on a fini ensemble. Ça a clairement été notre papa dans cette aventure.

Pour ce qui est du monde, pas tant que ça mais assez pour qu’on puisse socialiser souvent et échanger, voir s’entraider ou même s’encourager tout le long. Nous y étions sur le GR pendant l’Ultra Trail de Corse et le Restonica Trail, donc c’était vraiment sympa de croiser d’autres personnes, sur le même parcours mais avec une toute autre approche dans la façon de l’arpenter.

guillaume GR20 carrozzu

Un refuge mémorable

Je pense que c’est le premier refuge à Ortu di u Piobbu parce que c’est la seule étape qu’on n’a pas doublé à cause de l’orage, du coup on a vraiment eu le temps l’après midi pour se poser, profiter du soleil après l’orage, et des amis qu’on s’était fait dès le premier jour.

Le reste des jours c’était un peu le rush, les étapes aux refuges étaient assez succinctes.

guillaume GR20 cheval

Détente ou sport uniquement ?

Très clairement nous y allions pour le défi sportif avant tout. On n’a pas eu le temps de se poser ou faire du farniente, c’était vraiment de la marche toute la journée, levé à 5h du matin on partait à la frontale et arrivée le soir vers 17/18h.

Même si on faisait des pauses bien sûr, on préférait vraiment arriver, enlever les chaussures et terminer la journée une bonne fois pour toute tant qu’il y avait encore un peu de soleil que de faire de grandes pauses pendant les journées et d’arriver la nuit. C’était impossible niveau timing pour nous de toute façon.

guillaume GR20 eboulis

Les chaussures

J’ai clairement acheté des chaussures de qualité, garanties 10 ans, 6 mois avant de partir. J’ai fait toutes mes randonnées avec avant, je leur ai mis beaucoup de kilomètres, dans la neige, dans les rochers, dans la boue etc… pour que le jour du GR20, elles soient bien faites à mon pied. Parfaites le jour du départ, 8 jours plus tard il y avait des trous dedans.

Incroyable, je ne pensais pas les exploser à ce point-là… Pour ce qui est des bobos, je me suis quand même fait mal aux pieds, bizarrement sur les étapes du sud, ou c’est très plat, donc on a tendance à marcher plus vite, et paf, un caillou sous les chaussures qu’on n’avait pas vu et ça fait vraiment mal. Et malgré les prévisions en pansements, pas mal d’ampoules qui m’ont bien handicapé pendant le trajet.

guillaume GR20 fiouuu

Les dépenses, le budget

C’est assez difficile d’estimer le budget. Pour le logement, c’est simple c’est conventionné, c’est 7 euros par personne pour bivouaquer aux refuges (prix juste pour l’emplacement, avec ou sans tente). C’est ce qu’on a fait tous les jours avec notre tente.

Pour la nourriture, nous avions de quoi manger un repas par jour en repas lyophilisé, il faut compter à peu près 5 euros le repas. Et pour le reste, on a décidé que c’était quand même un peu les vacances malgré tout, donc on s’est fait plaisir sur les canistrellis, saucisson, fromage, boissons… on a dû dépenser à peu près 250 euros par personne pour logement et nourriture (en se faisant plaisir quand même) et ensuite pour l’essence, péage, ferry sachant qu’on a divisé par 4 à peu près 160 euros par personne en plus.

Donc je pense que tout compris on est entre 400 et 500 euros (sans le matériel bien sûr). Si j’ai on conseil à donner, prenez BEAUCOUP de pansements, racheter ce genre de matériel sur place coûte cher.

guillaume GR20 mer

Le mot de la fin

Le GR20 c’est un mélange épique de sport, de rencontres, de paysages. Il n’y a pas à hésiter vous ne regretterez pas de l’avoir fait, c’est quelque chose d’unique et si on en a envie ce serait dommage de passer à côté. Pour ce qui est de la difficulté et de l’entrainement, je pense qu’il faut un minimum d’entrainement, mais la difficulté est vraiment relative à comment on appréhende le GR20.

Faire une étape par jour en prenant son temps, ce n’est pas rien, mais ce n’est clairement pas insurmontable. Ça n’a rien de très très difficile, si on prend son temps et qu’on y va à son rythme. Bien sûr il faut être prudent, ça reste un parcours de montagne exigeant techniquement, il faut être sûr de ses appuis et ne surtout pas se précipiter, parce qu’une chute à certains endroits ne pardonne pas.

guillaume GR20 vue

Forum de discussion

Vous avez une question pour vous préparer au GR20 ? N’hésitez pas à la poser sur le forum des randonneurs (discussion libre sans inscription)

Téléchargez le Mini Guide du GR20

Recevez le mini guide du GR20, envoyé gratuitement sur votre boîte mail !

1 Commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*